Bienvenue sur le site de la régie du SPANC du territoire de la CINOR

L’ANC, comment ça marche ?

L’assainissement des eaux usées se fait en plusieurs étapes : la collecte des différentes sorties d’eaux de la maison, un premier traitement (ou prétraitement), généralement une fosse septique, le traitement (ex : filtres à sable, épandage…), et l’évacuation des eaux usées par le sol. Présentation de ces étapes.

LA COLLECTE

Les eaux usées sont d’origines diverses :

  • les eaux vannes (eaux des toilettes) ;
  • les eaux ménagères (eaux de la salle de bain, de la cuisine, de la machine à laver...).

En aucun cas les eaux pluviales (eaux de toiture, de terrasse...) ne doivent être collectées dans le réseau d’eaux usées.

LE PRÉTRAITEMENT

Son rôle est de préparer les eaux usées à leur épuration par le sol et de procéder à une réduction partielle de la pollution contenue dans ces « eaux grises » en les liquéfiant.

Le prétraitement est dans la majorité des cas effectué par l’utilisation d’une fosse septique toutes eaux qui recueillent les eaux usées amenées par les canalisations de collecte. Les matières solides contenues dans ces eaux sont décantées et se déposent au fond de la fosse formant ainsi des boues.

Les particules flottantes non décantées sont retenues grâce à l’utilisation d’un pré-filtre ou filtre indicateur de colmatage.

Dans le cas de projets générant une charge importante de matières grasses, un bac à graisses peut être mis en place en amont de la fosse afin de filtrer les eaux ménagères ou de cuisine.

De plus, un dispositif de ventilation obligatoire composé d’une canalisation d’extraction est installé afin d’évacuer les gaz produits durant cette phase de prétraitement.

Après le prétraitement, les eaux débarrassées de leurs particules solides sont encore fortement polluées et doivent donc être traitées.

LE TRAITEMENT

Les eaux prétraitées sont acheminées vers le dispositif de traitement et peuvent être épurées par le sol.

Cette épuration est réalisée par l’infiltration de ces eaux dans le sol naturel ou dans des matériaux de substitution rapportés (sable, gravier, …) lorsque le sol naturel, en place, est inadapté. Ce mécanisme fonctionne grâce à l’action des micro-organismes qui s’y développent.

Le sol naturel ou de substitution épure les eaux usées et permet de réduire la pollution organique et micro-biologique (microbes, parasites…).

Plusieurs dispositifs respectant la réglementation en vigueur sont réalisables :

  • l’épandage souterrain par tranchées, qui constitue la filière prioritaire préconisée par la réglementation ;
  • le lit d’épandage ;
  • le filtre à sable vertical non drainé ;
  • le filtre à sable vertical drainé ;
  • le tertre d’infiltration.

Le dispositif de traitement doit tenir compte des caractéristiques et des contraintes propres du terrain choisi, à savoir :

  • la pédologie du sol receveur (type de sol, perméabilité, épaisseur) ;
  • la topographie du terrain (pente) ;
  • la surface disponible pour l’implantation de la filière ;
  • l’hydrographie (présence de nappe et niveau de la nappe).

Afin de déterminer la filière de traitement la mieux adaptée aux caractéristiques du terrain, et afin de garantir le bon fonctionnement du dispositif d’assainissement non collectif, il est fortement recommandé à l’usager de faire réaliser une étude du sol permettant de connaître précisément ses caractéristiques et sa perméabilité.

L’ÉVACUATION

Les eaux traitées sont ensuite évacuées, en général, par le sol naturel présent sous le dispositif d’assainissement non collectif.

Aucun rejet superficiel de ces eaux, même traitées, n’est autorisé conformément à l’arrêté préfectoral du 28 mars 1985 en vigueur à La Réunion.

Lorsque le sous-sol du terrain est imperméable (par exemple en raison de l’existence de basalte compact) et que les eaux traitées ne peuvent donc pas s’infiltrer dans le sol naturel, il est obligatoire d’infiltrer ces eaux vers une couche perméable en profondeur grâce à l’utilisation d’un puits d’infiltration soumis à l’obtention d’une dérogation préfectorale. C’est la filière d’évacuation qui permet d’infiltrer les eaux traitées par le filtre à sable vertical drainé.